En-tête

Pourquoi, avec l’art contemporain, je me dis souvent que moi aussi, j’aurais su faire?

Texte

Jörg Marquardt

Paru

07.03.2023

Frau steht vor Bildern

Quand puis-je applaudir lors d’un concert de musique classique – et dois-je comprendre chaque pièce de théâtre? Nos spécialistes de la culture répondent aux questions que l’on n’ose souvent pas poser.

Est-ce-que c’est grave, si je ne comprends pas une pièce de théâtre?

«Absolument pas. Il y a différentes façons d’aborder une pièce – et pas seulement par l’intellect. Chaque approche a sa raison d’être. Le théâtre est un grand huit émotionnel qui agit sur tous nos sens. Au lieu de vous demander de quoi parle la pièce, vous pourriez aussi vous imprégner de l’atmosphère du spectacle, qui résulte de l’énergie des acteurs et des actrices, des décors et costumes hors du commun et des réactions du public.

Essayez de vous détacher de l’idée que le théâtre est avant tout un lieu de culture intellectuelle. Il se peut bien sûr que vous soyez plus cultivé-e en partant qu’en arrivant. Mais les émotions qu’une pièce suscite en vous sont tout aussi importantes.»

Mathias Bremgartner, responsable m2act du Pour-cent culturel Migros, expert en arts scéniques.

Du 11 au 17 mai, le Fabriktheater de la Rote Fabrik à Zurich présente la performance théâtrale «Civitas Cunt», soutenue par le Pour-cent culturel Migros.

Pourquoi les séries sont-elles addictives?

«Il y a plusieurs raisons à cela. De nombreuses séries s’appuient sur une trame dramaturgique construite de telle sorte que chaque épisode s’arrête à son point d’orgue et que l’issue reste ouverte. Le public veut absolument connaître la suite de l’histoire.

De plus, les séries génèrent un fort sentiment d’appartenance: nous considérons les personnages comme des membres de notre famille ou des amis dont le destin nous concerne. Les services de streaming constituent par ailleurs un facteur d’intensification du phénomène d'addiction. Alors que nous devions auparavant attendre une semaine pour voir le prochain épisode, nous pouvons aujourd’hui regarder des saisons entières à la suite.»

Nadine Adler Spiegel, responsable du Story Lab du Pour-cent culturel Migros, experte en cinéma.

La série «Futura» a été soutenue par Le Story Lab du Pour-cent culturel Migros. La première saison est à voir sur Play Suisse.

Jennifer Coolidge

A fait sensation avec son rôle dans «The White Lotus»: l’actrice Jennifer Coolidge.

Êtes-vous accro aux séries?

Suis-je inculte si j’aime les films d’amour ringards?

«Dans l’univers de la culture, il n’y a pas d’incultes. La culture est comme une nourriture de base que nous pouvons savourer dans une grande diversité – après tout, nous ne mangeons pas non plus tous les jours la même chose. Le kitsch a tout autant sa place dans un régime varié.

Un film d’amour ringard procure non seulement du plaisir, mais pose aussi des questions à la société, à l’instar des autres biens culturels. L’important, c’est de faire preuve d’une bonne dose de curiosité pour se prendre au jeu.

Hedy Graber, responsable de la direction Société et culture à la Fédération des coopératives Migros.

Du 21 au 30 avril, «Visions du Réel» se tiendra à Nyon (VD). Le plus important festival de films documentaires de Suisse est soutenu par le Pour-cent culturel Migros.

Quand est-il permis d’applaudir lors d’un concert de musique classique?

«Dans une salle de concert ou à l’opéra, les applaudissements commencent dès le début. Ils s’adressent au chef d’orchestre qui entre et à l’orchestre. Pendant le concert, il ne faut applaudir qu’à la fin d’un morceau. Le deuxième mouvement d’une symphonie vous plaît tout particulièrement? Alors, attendez la fin du dernier mouvement pour manifester votre enthousiasme. À l’opéra, les applaudissements sont attendus après chaque acte – de même qu’à la fin. En cas de doute: attendez tout simplement que les autres applaudissent.»

Mischa Damev, directeur artistique Migros-Pour-cent-culturel-Classics, expert en musique classique.

Du 24 au 26 mars, l’oratorio «Les Saisons» de Joseph Haydn sera joué à Genève, Berne et Zurich. Vous trouverez ici le programme complet des Migros-Pour-cent-culturel-Classics.

Avez-vous déjà applaudi au mauvais moment?

Pourquoi, avec l’art contemporain, je me dis souvent que moi aussi, j’aurais su faire?

«Cela pourrait s’expliquer par le fait que de nombreux artistes contemporain-es travaillent avec des matériaux et des techniques issus de notre quotidien. La baignoire pour nourrisson, par exemple, est un exemple célèbre. En 1960, l’artiste actionniste allemand Joseph Beuys l’a transformée en œuvre d’art au moyen de sparadrap, de gaze, de graisse et de fil de cuivre. Quelques années plus tard, elle a été «nettoyée» par erreur.

Mais l’art ne vient pas seulement du savoir-faire, comme on l’entend souvent. Ce qui est décisif, c’est que les artistes créent quelque chose de nouveau et d’unique avec leur œuvre d’art, qui change notre perception.»

Michael Birchall, conservateur auprès du Migros Museum für Gegenwartskunst.

Dans le cadre des «Artist’s Talks», Esther Eppstein et San Keller s’entretiennent le 1er avril du projet artistique «message salon», présent au Migros Mueseum für Gegenwartskunst sous forme de caravane dans l’exposition actuelle «Kunst, Camping, Freundschaft» (art, camping, amitié).

Puis-je apprécier les œuvres d’artistes problématiques?

«C’est une question complexe. Nous percevons toujours les œuvres d’art (mais aussi la littérature, le cinéma, la musique et la danse) à travers le prisme du présent. Les musées ont donc le devoir de recadrer les œuvres dans le contexte des débats d’aujourd'hui, afin que le public puisse se faire sa propre opinion.

Cela vaut particulièrement pour les artistes problématiques: les musées devraient présenter le contexte historique ou personnel de l’œuvre à l’aide de textes d’accompagnement et justifier pourquoi ils l’exposent malgré tout.»

Michael Birchall, conservateur auprès du Musée Migros d’art contemporain.

Il est le commissaire de l’exposition individuelle «Close Watch» de l’artiste finlandaise Pilvi Takala, qui se tiendra du 10 juin au 17 septembre au Musée Migros d’art contemporain.

Peut-on encore écouter de la musique de R. Kelly ou regarder des films de Roman Polański?

Est-ce qu’une œuvre d’art chère est une bonne œuvre d’art?

«Pas forcément. Le prix d’une œuvre d’art est fortement lié à la demande et à la notoriété de l’artiste. Il suffit qu’un grand nombre de collectionneurs fortunés s’arrachent ses œuvres pour que leur prix atteignent des sommes astronomiques. Enfin, la définition d’une «bonne» œuvre d’art est une question de perspective.

Ainsi, du point de vue du marché de l’art, les œuvres les plus cotées de la collection du Musée Migros d’art contemporain sont aussi les meilleures. À l’inverse, les curatrices et les curateurs peuvent nommer un grand nombre d’œuvres tout aussi importantes, voire plus, mais dont la valeur marchande est bien inférieure. Il se peut bien qu’un jour, ces dernières dament le pion aux œuvres d’art hors de prix.»

Nadia Schneider Willen, commissaire des collections du musée Migros d’art contemporain.

Le musée Migros d’art contemporain organise une visite publique de l’exposition du moment.

Frau liest Buch

Suis-je obligé-e de lire les livres jusqu’à la fin?

«Il ne s’agit pas d’une question de moralité, mais plutôt de priorité. Certains livres valent le coup de s’accrocher, même s’ils comportent des passages ennuyeux. Au fil de la lecture, on peut suivre de près l’évolution des personnages. C’est un processus qui ne peut être ni raccourci, ni omis.

Lorsque l’on s’immerge dans ce processus, de nouvelles perspectives s’offrent à nous. Il en va des livres comme des amis: on leur fait confiance et on s’ouvre à eux, même s’ils nous irritent parfois. Bien sûr, il peut arriver qu’à la fin d’un livre, on ait la sensation d’avoir perdu son temps. Mais parfois, on est récompensé au-delà de nos espérances.»

Micha Friemel, écrivaine et mentor en littérature pour la plateforme Double du Pour-cent culturel Migros.

Le Pour-cent culturel Migros soutient le projet Lectures Canap, dans le cadre duquel des auteurs et autrices font des lectures publiques en petits groupes dans des salons, des ateliers, des arrière-cours ou des jardins ouvriers.

En toute honnêteté: Cela vous arrive-t-il souvent de ne pas lire un livre jusqu’au bout?

Pourquoi un film doit-il avoir un producteur?

«Tandis que le réalisateur ou la réalisatrice et les scénaristes se chargent de la partie créative d’un film, les producteurs (et leur équipe) sont compétents pour les aspects administratifs: ils assurent notamment le financement, organisent le casting des acteurs et actrices ou cherchent des lieux de tournage.

De plus, les producteurs organisent le programme de tournage, qui régit le déroulement du tournage, et veillent à ce qu’il soit respecté. Outre la logistique, ils sont aussi responsables de la sécurité sur le plateau. Le travail des producteurs se poursuit après le tournage, avec la coopération avec les partenaires de promotion pour la campagne du film, ou encore l’organisation de la première du film.»

Nadine Adler Spiegel, responsable du Story Lab du Pour-cent culturel Migros, experte en cinéma.

Du 22 au 26 mars à Zurich aura lieu le Festival Ciné Jeunesse Suisse, qui bénéficie du soutien du Pour-cent culturel Migros.

Miles Davis

Miles Davis, 1969.

À partir de quel âge puis-je écouter du jazz?

«Il n’existe pas d’âge minimum. L’important, c’est de s’intéresser au jazz. Il s’agit de la contribution la plus spécifique de l’Amérique à la musique du monde. Le jazz est profondément enraciné dans la culture afro-américaine. Dans les années 1960, des artistes tels que le trompettiste Miles Davis ont ouvert cette musique à un public plus large. À cette époque, le jazz faisait partie de la culture populaire, et à ce titre il était aussi apprécié des jeunes.

Puis pendant longtemps, il n’y a pas eu de tels «popularisateurs». Cela se remarque aussi au public du jazz, qui a tendance à être un peu plus âgé. Mais les choses changent: une nouvelle génération de musiciens s’intéresse de plus près aux éléments du jazz, le rendant accessible à un public plus jeune.»

Mirko Vaiz, spécialiste du Jazz, Pour-cent culturel Migros.

À l’occasion du m4music, le festival de musique pop du Pour-cent culturel Migros, de nombreux concerts de jazz auront lieu les 24 et 25 mars.

Photos: Getty Images

Cet article vous a-t-il plu? Pour rester au courant de nos activités, de nos jeux, de nos concours, et bien plus encore, inscrivez-vous sans attendre à la newsletter d’Engagement Migros.